Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
¿ Que tal guey ?

¿ Que tal guey ?

Petit suivi de mon année au Mexique

Dernières nouvelles

Récemment, je suis allé pour la première fois de ma vie à une corrida, dans une arène du sud de la ville. Je suis content de l'avoir fait au moins une fois, mais je ne pense pas y retourner, je ne saisis pas vraiment l'intérêt du truc. L'ambiance était assez particulière et assez drôle : c'est un hobby de Mexicains riches, donc tout le monde fume son cigarre et boit son vin dans une espèce de gourde en peau. Dans un premier temps, le toreador se présente, habillé de manière traditionnelle, avant la présentation du taureau (des belles bêtes de 550 kg de moyenne quand même...). Ensuite, des mecs à cheval viennent exciter la bestiole, avant que les picadores ne lui plantent 4 piques dans le dos. Ensuite, le toreador revient et agite son bout de tissu, tout cela ponctué des "olé" des connaisseurs, de plus en plus fort selon la prise de risque du toreador. Enfin, au bout d'un certain moment, le toreador se fige dans une certaine position, et toute l'assistance se tait : c'est la mise à mort. Quand c'est bien réalisé, c'est assez noble, mais deux fois sur les six que l'on a vu, le taureau a agonisé assez longtemps en finissant par vomir du sang, ce qui a provoqué les sifflets du public. Si les gens estiment que le toreador a bien réalisé son travail, ils se lèvent et agitent un mouchoir blanc. Il y a dans ce cas une réunion des juges, qui décident si le toreador mérite une oreille, deux oreilles, ou alors deux oreilles et la queue (récompense ultime) du taureau.L'autre chose notable à laquelle j'ai participé, c'est la réalisation d'une exposition photo d'une amie de Sciences Po. A la base, elle fait un documentaire sur les 43 étudiants mexicains qui ont disparu à Ayotzinapa il y a 2 ou 3 ans. L'état mexicain est très certainement lié de près ou de loin à ces disparitions et tente d'étouffer l'affaire, ce qui provoque pas mal de manifestations. Dans le cadre de son documentaire, elle a pris en photo 43 personnes et les a affichées en très grand format dans sa ville de Cholula. J'y suis allé un jour pour l'aider à faire le collage des affiches, sauf qu'on n'avait pas vraiment d'autorisation pour le faire. Du coup, on a attendu que la nuit tombe pour aller les afficher sur le mur d'une maison. On avait quasiment fini quand on a vu la police arriver, on est partis en courant en laissant tout derrière nous. De loin, on a vu qu'ils arrachaient nos photos du mur, mais au moins Margaux avait réussi à prendre des photos de notre travail, ce qui est le plus important pour son documentaire.

Dernières nouvelles
Dernières nouvelles
Dernières nouvelles
Dernières nouvelles

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article